mardi 31 janvier 2017

Le destin des soeurs MacNeal de Sophie Leseure



Résumé :

Jade, 20 ans gère tout : sa sœur de quatre ans et son travail. Avec une mère alccolique et un père démissionnaire, elle se doit affronter les dures réalités du quotidien.
Partie de rien, avec sa sœur Maya, elles devront se battre pour se donner une chance de survivre. Une rencontre, un nouveau départ, une chance va tout bouleverser…
Mais le bonheur est fragile et tout peut de nouveau basculer.

Mon avis :

Je remercie,  Evidence Editions et Sophie Leseure pour cette lecture en service presse.

Jade, 20 ans travaille d'arrache-pied  dans un hôtel, pour que sa sœur de 4 ans puisse se vêtir et manger et que sa mère alcoolique et droguée puisse avoir de quoi boire.
Jade se fait traiter de boniche par les jeunes riches qui séjournent à l'hôtel, parmi eux, Nolan n'est autre que le fils du propriétaire des lieux.
Quand M. Bradford, le propriétaire va imposer à Jade de prendre sous son aile, Nolan pour qu'il apprenne le métier, Jade ne saura pas quoi penser de ce charronnage. 
Nolan va alors essayer d'en apprendre un peu plus sur Jade, mais cette dernière n'aime pas révéler ses conditions de vie. Mais un jour tous va basculer.
Vous voulez savoir comment?
Allez, foncez acheter cette petite merveille.
Un texte poignant, qui nous montre que la vie n'est pas toujours rose, que l'on soit riche ou pauvre.
Un one shot qui est émouvant, qui nous donne un aperçu de vie tragique jusqu'à la rencontre qui va changer cette vie.
L'auteur à un style très accessible et réaliste.
Le texte est très rapide, mais il renforce les sentiments et va droit au but, c'est quelque chose de très appréciable, on ne tourne pas autour du pot.
En bref, une lecture poignante dont vous ne pouvez pas sortir indemne, pour ma part c'est un texte qui m'a pris aux tripes et dont je me souviendrais longtemps.

Lien de commande : 
Broché
Numérique

Ma note : 5/5

2 commentaires:

  1. Contente qu'il soit publier. Je l'ai evaluer par le biais du comité d'une autre maison d'edition et je l'avais adoré.

    RépondreSupprimer